De nouvelles données expérimentales sur l’effet anti-inflammatoire d’ABX464, le candidat médicament « first-in-class » d’ABIVAX susceptible d’induire une guérison fonctionnelle au VIH, ont été publiées dans la revue scientifique Nature Scientific Reports

ABX464 a démontré sa capacité à atténuer l’inflammation intestinale en déclenchant l’expression de l’IL-22 dans les macrophages activés

L’effet anti-inflammatoire d’ABX464 a permis de protéger les modèles murins d’une forme mortelle de colite tout en préservant complètement la structure intestinale

L’étude de Phase II de preuve de concept dans la maladie inflammatoire chronique de l’intestin (colite ulcéreuse) sera lancée au second semestre 2017

Paris, le 12 juillet 2017 à 07h00 (CEST) – ABIVAX (Euronext Paris : FR0012333284 – ABVX), une société de biotechnologie ciblant le système immunitaire pour éliminer des maladies virales en se basant sur ses plateformes technologiques uniques, annonce aujourd’hui la publication d’un article sur son candidat médicament le plus avancé, ABX464, dans l’édition en ligne du 7 juillet 2017 de Nature Scientific Reports. L’article intitulé “The Anti-HIV Candidate ABX464 Dampens Intestinal Inflammation by Triggering IL-22 Production in Activated Macrophages” (Le candidat médicament anti-VIH ABX464 atténue l’inflammation intestinale en déclenchant l’expression de l’IL-22 dans les macrophages activés) rédigé par le Pr. Jamal Tazi, et al., résume les expérimentations menées dans le but d’explorer les mécanismes par lesquels ABX464 exerce ses propriétés anti-inflammatoires ainsi que les implications sur de potentielles indications thérapeutiques dans la maladie inflammatoire chronique de l’intestin (‘’ MICI ‘’) .

« Nous sommes très heureux de la publication de nos données qui apportent de précieux renseignements sur l’activité d’ABX464 sur le VIH et soutiennent sa potentielle utilité pour des traitements nouveaux et différents dans la maladie inflammatoire de l’intestin et plus particulièrement de la colite ulcéreuse », déclare le Pr. Hartmut Ehrlich, M.D., Directeur Général d’ABIVAX et co-auteur de la publication. « Forts de ces résultats encourageants, nous lançons une étude clinique de Phase II de preuve de concept chez les patients atteints de colite ulcéreuse au cours du second semestre 2017 ».

ABX464, une nouvelle molécule « first-in-class » aux propriétés et au mode d’action uniques, est issue de la chimiothèque de petites molécules propriétaire d’ABIVAX qui cible la biogénèse de l’ARN. ABX464 inhibe plus particulièrement le protéine REV du VIH qui est indispensable à la réplication du virus. La capacité d’ABX464 à induire un contrôle durable sur le rebond de la charge virale après arrêt du traitement chez les modèles précliniques infectés par le virus du VIH a déjà été démontrée. Le plus important est de noter qu’ABX464 est le premier composé pharmacologique à induire une réduction des réservoirs du VIH (les cellules immunitaires humaines avec du matériel génétique viral intégré ne sont pas affectées par les thérapies antirétrovirales actuelles, ce qui conduit au rebond de la charge virale après interruption du traitement) dans les cellules périphériques mononuclées du sang (‘’PBMCs’’) chez les patients infectés par le VIH tel que démontré dans le cadre d’une étude clinique de Phase IIa récemment finalisée. ABX464 pourrait ainsi devenir un élément clé de guérison fonctionnelle du VIH.

Cette nouvelle publication résume les découvertes in vitro et in vivo autour d’ABX464 sur la réduction de l’inflammation ainsi que sur d’autres potentielles indications thérapeutiques. Il a également été démontré, au cours d’essais précliniques, qu’ABX464 stimule l’expression de l’IL-22, une cytokine anti-inflammatoire, dans les macrophages. De plus, ABX464 a démontré sa capacité à protéger les modèles murins des effets mortels du dextran sulfate de sodium (‘’DSS’’), utilisé pour étudier la colite expérimentale chez les modèles animaux. Le traitement avec ABX464 s’est avéré non seulement indispensable à la survie des modèles murins exposés au DSS mais a également protégé la structure histologique des intestins murins contre les changements induits par une inflammation sévère. L’analyse de profilage de l’ARN a montré qu’ABX464 a induit l’expression de l’IL-22. Ceci a également été démontré chez les modèles murins exposés au DSS et dans les études in vitro sur des macrophages issus de la moelle osseuse et stimulés par les cellules lymphohématopoïétiques. L’IL-22 est une cytokine qui régule la réparation et la guérison des tissus. Par ailleurs, l’effet protecteur d’ABX464 chez ces modèles murins a été réduit de manière substantielle par l’administration simultanée d’anticorps antagonistes de l’IL-22. ABX464 a également démontré sa capacité à protéger durablement contre l’exposition prolongée au DSS après interruption du traitement. ABX464 a réduit la production colique des cytokines IL-6 et TNFα aux propriétés inflammatoires ainsi que la production de la protéine 1 de chimioattraction des monocytes (MCP-1).

« Les résultats présentés dans cet article démontrent, pour la première fois, que ABX464 agit spécifiquement sur le système immunitaire pour atténuer la maladie de la muqueuse induite par le DSS », ajoute le Pr. Jamal Tazi, Ph.D., inventeur d’ABX464, Professeur au CNRS de Montpellier, membre du Comité Exécutif d’ABIVAX et auteur principal de l’article. « La capacité d’ABX464 à atténuer l’inflammation de l’intestin chez les modèles murins exposés au DSS a été très clairement démontrée. De plus, sa capacité à réduire l’inflammation causée par les cytokines IL-6 et TNFα ainsi qu’à induire l’expression de la cytokine IL-22 qui permet la réparation des tissus, tout en présentant un effet protecteur durable, est très prometteuse ».

« Ces résultats sont encourageants et potentiellement significatifs pour les patients atteints de la maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI), une maladie handicapante et potentiellement mortelle. Compte tenu des nombreuses limites des options thérapeutiques actuelles pour la MICI, la mise à disposition d’un traitement par voie orale tel qu’ABX464, qui présente la capacité de réduire l’inflammation et de stimuler la réparation des tissus, représenterait une avancée majeure pour ces patients », conclut le Dr. Ian McGowan, Professeur de médecine pour le département de gastroentérologie, hépatologie et nutrition de la Faculté de médecine de l’Université de Pittsburgh.

Pour consulter l’article de Nature Scientific Report, veuillez cliquer sur le lien suivant : https://www.nature.com/articles/s41598-017-04071-3

Contacts presse

Caroline Carmagnol 

abivax@alizerp.com

+ 33 6 64 18 99 59 or
+ 33 1 44 54 36 65

Standard : +33 1 53 83 08 41