Présentation

La technologie d'Abivax est basée sur une science de pointe dont l'objectif est de développer des solutions thérapeutiques qui stimulent la machinerie immunitaire naturelle du corps pour traiter les maladies. Notre chimiothèque de petites molécules est analysée par notre équipe R&D afin de sélectionner et développer des molécules adaptées à cette approche thérapeutique.

Abivax se concentre sur le développement de solutions thérapeutiques pour traiter efficacement les maladies inflammatoires, les maladies virales et le cancer.

Abivax dispose actuellement de deux programmes en développement clinique avec ABX464 dans les indications de la rectocolite hémorragique et la polyarthrite rhumatoïde ainsi que d’un programme en préparation pour le traitement de la maladie de Crohn. ABX196 est également au stade clinique dans le traitement des patients souffrant d’un cancer hépatocellulaire.

ABX464 pour les maladies inflammatoires de l'intestin et d'autres maladies inflammatoires

Abivax a développé ABX464 à partir de la chimiothèque de l’entreprise comprenant plus de 2 200 petites molécules qui ont le potentiel de modifier l’épissage de l’ARN. L’incidence d’ABX464 sur la modulation de l’épissage de l’ARN résulte en une puissante activité anti-inflammatoire.

Abivax utilise les propriétés anti-inflammatoires d’ABX464 pour cibler l’inflammation en essais cliniques. La découverte de ces propriétés a conduit à l'initiation d'études cliniques qui positionnent ABX464 comme candidat-médicament ayant le potentiel de traiter la rectocolite hémorragique, la maladie de Crohn et les autres maladies inflammatoires.

Comment fonctionne ABX464 dans l’inflammation?

L’effet anti-inflammatoire d’ABX464 est généré par la liaison de la molécule à sa cible, le Cap Binding Complex (CBC), localisé à l’extrémité 5’ de chacune des molécules d’ARN cellulaire non codante. De cette liaison résulte l'épissage d'un long brin d’ARN non codant, induisant la surexpression d'un seul produit micro-ARN, le miR-124. Le miR-124 initie une réaction en chaine qui propagerait l'effet anti-inflammatoire observé dans les modèles précliniques.

ABX464 Mechanism of Action in Ulcerative Colitis

La maladie chronique de l’intestin, sans remède

La maladie inflammatoire de l'intestin (MICI) décrit, de façon générale, les pathologies caractérisées par une inflammation chronique du tube digestif. Les deux principaux types de MICI sont la rectocolite hémorragique (RCH) et la maladie de Crohn (MC). Si la Maladie de Crohn peut affecter chaque région du tube digestif, la rectocolite hémorragique affecte uniquement le colon et entraîne une inflammation qui conduit aux saignements rectaux, aux diarrhées sanglantes, aux crampes abdominales ou aux douleurs sévères. ABX464 est développé dans la rectocolite hémorragique, dont la cause exacte reste inconnue. Toutefois, une dérégulation du système immunitaire et une origine génétique sont des causes possibles. La rectocolite hémorragique peut être débilitante, et mener à des complications potentiellement mortelles. Bien que le traitement de la rectocolite hémorragique se soit considérablement améliorée au cours des dernières années, il n’existe encore aujourd’hui aucune guérison, démontrant l’existence d’un besoin médical important non satisfait. Pour en savoir plus sur la rectocolite hémorragique et sur les MICI, rendez-vous sur:

ABX464 dans la polyarthrite rhumatoïde

Abivax a développé ABX464 à partir de la chimiothèque de l’entreprise comprenant plus de 2 200 petites molécules qui ont le potentiel de modifier l’épissage de l’ARN. L’incidence d’ABX464 sur la modulation de l’épissage de l’ARN résulte en une puissante activité anti-inflammatoire.

En plus des observations cliniques chez les patients atteints de RCH, Abivax a généré des données précliniques prometteuses à partir de modèles animaux d'arthrite induite au collagène. Ces résultats étaient décisifs pour faire avancer ABX464 dans un essai clinique de Phase 2a qui est actuellement en cours dans la polyarthrite rhumatoïde (PR).

Comment fonctionne ABX464 dans l’inflammation?

L’effet anti-inflammatoire d’ABX464 est généré par la liaison de la molécule à sa cible, le Cap Binding Complex (CBC), localisé à l’extrémité 5’ de chacune des molécules d’ARN cellulaire non codante. De cette liaison résulte l'épissage d'un long brin d’ARN non codant, induisant la surexpression d'un seul produit micro-ARN, le miR-124. Le miR-124 initie une réaction en chaine qui propagerait l'effet anti-inflammatoire observé dans les modèles précliniques.

ABX196 pour le cancer

Abivax développe ABX196, un stimulateur immunitaire pour le traitement du carcinome hépatocellulaire (CHC),en combinaison avec un checkpoint inhibitor. Le CHC est la forme la plus commune de cancer primaire du foie. La technologie Abivax se concentre sur les cellules T invasives naturelles (iNKT) pour éliminer les tumeurs.

Exploiter le système immunitaire pour traiter le cancer

L’Hépatocarcinome (CHC) est la forme la plus fréquente (75-90%) de cancer du foie chez les adultes. Il survient généralement dans le cadre d’une inflammation chronique du foie et/ou d’une cirrhose, et est étroitement lié à une infection virale chronique (hépatite B ou C), à l’exposition à des toxiques (alcool) ou à la stéatohépatite non-alcoolique (NASH). Aux États-Unis ainsi qu’au plan mondial, l’augmentation de l’incidence et des décès liés aux hépatocarcinomes est liée aux infections par le virus de l’hépatite B et C ainsi qu'à la stéatohépatite métabolique (NASH). En 2018, les données de prévalence du CHC dénombrent un total de 79 000 cas aux États-Unis et au sein du G5 Europe (Allemagne, France, Italie, Espagne et Royaume-Uni), avec 67 000 nouveaux cas. Au niveau mondial, ont été dénombrés 841 000 nouveaux cas d’hépatocarcinome (au 6ème rang de tous les cancers) et 782 000 décès (4ème rang) en 2018. Actuellement, l'American Cancer Society rapporte qu’aux États-Unis, le taux de survie à cinq ans est de 31% pour le CHC localisé, de 11% pour le CHC régional et de 2% pour le CHC distant ou métastatique, indiquant clairement un besoin médical non satisfait et une nécessité pour des thérapies innovantes dans le traitement de l’hépatocarcinome. Les ventes de produits pharmaceutiques destinés au traitement du CHC (États-Unis, G5 Europe, Japon) représentaient 616 millions de dollars en 2018, soit 20 % de plus qu’en 2017 (513 millions de dollars).

Source: GlobalData

Plus d'information sur :